Tom Clancy’s heritage on videogames

The trailer of Rainbow Six: Extraction, looks to be far from the spirit of the license. In the trailer, players battle against alien fantasy monsters. I believe that this is an opportunity to tell newcomers to the Tom Clancy franchise who he was and why his name is attached to this shooter game in the first place.

 

He’s the inventor of the techno-thriller genre

Born in Baltimore, Tom Clancy was passionate about military issues and topics, but his poor eyesight prevented him from joining the army. Instead, he became an insurance agent, and began to write his first book, a novel inspired by the real story of a Russian anti-submarine frigate whose captain tried to start a mutiny against the Soviet Union in 1975. The Captain failed, was arrested for treason, and executed nine months later.

Under Clancy’s pen, the frigate was replaced with an undetectable top-secret submarine, and his book The Hunt for Red October (1984) became a bestseller that sold more than two million copies. The “techno-thriller” genre was born. In Clancy’s novels, the hero called Jack Ryan is followed over the course of the series. Ryan appears in 17 novels. The hero’s career evolves in an incredibly detailed military and technological world. Ryan finds himself at the heart of many geopolitical plots that seem remarkably plausible, even anticipating upcoming real-world events.

 

A Republican and an American patriot

 

Red October was released during the era of President Ronald Regan—the American President who decided to bring down the Soviet Union and the Warsaw Pact. Clancy’s novels are very pro-American and often portray Russia as the villains Americans should fight back against. This was much to the approval of the White House, who once stated that the author was the « greatest patriot of our time ».

Throughout his life Tom Clancy remained a genuine Republican and a patriot. His novel’s locations are set around the world and feature U.S. armed forces and intelligence services as the main heroes. Clancy told American centered military stories, except in his book Rainbow Six, which he created to be an anti-terrorist unit of NATO, also led by the Americans.

A style particularly suitable for cross-media

 

Tom Clancy novels were quickly adapted to the cinema. Several films became blockbusters, carried by leading actors, Harrison Ford, Sean Connery, Alec Baldwin, Kevin Costner.

It is therefore quite natural that in 1996 Tom Clancy created the video game studio Red Storm in North Carolina. It was named after his second novel called Red Storm Rising. There he explored his universe in a new way. Purchased by Ubisoft in 2000, the studio is the origin of several major franchises which have left their mark in videogame history.

Rainbow Six (1998)

 

NATO’s counter-terrorism unit, comprised of task force members from various countries. The series is remembered by the fans who made it a success, for being extremely realistic. Especially in terms of accuracy of the shot, tactical planning, and the importance of the equipment.
The first game’s story is a perfectly plausible scenario based on a biological weapon that threatens the world. The comparison with modern era Tom Clancy games, such as The Division ends here. Rainbow Six is a realistic and difficult game, far from the total absence of tactical realism and authenticity of this looter-shooter from 2016.

Long considered the ultimate « SWAT simulator », the R6 franchise eventually slid down toward the action shooter genre. Although the series lost its realistic features, fortunately the R6: VEGAS games were still driven by an extremely solid scenario. The story followed the turmoil of a Mexican crisis, as described in Tom Clancy’s Ghost Recon: Advanced Warfighter and a single mission in Tom Clancy’s H.A.W.X..

Tom Clancy’s Rainbow Six: Siege marks a major turning point for the series. A multiplayer game that breaks all the codes of Clancy, like authenticity, realism, and a plausible scenario. Ubisoft sought make an alternative to successful competitive games like CSGO, Overwatch, and Fortnite. The trend continues to this day with Rainbow Six: Extraction, which seeks to distance itself from the spirit of the Clancy franchise and its author.

Ghost Recon (2001)

 

They are a secret unit of the American Special Forces under the direct control of the American president and JSOC. The Ghosts are deployed in theatres of operation where the U.S. does not want to appear to be.

The scenario of the first GR is so realistic that it precisely anticipates the war that will oppose Georgia and Russia in 2008, and the following episodes focus on offering an extremely plausible geopolitical environment…At least until GR: Wildlands, and especially Breakpoint, (in which I modestly participated in making) which lose the essence of the Clancy heritage.

  • Splinter Cell (2002)

The series is less anchored in reality than the other Clancy games. Nevertheless, it gave rise to one of the most badass heroes is video games, Sam Fisher, as well as the modern infiltration game. At the time of its release Splinter Cell was considered the only true western competitor to Metal Gear Solid from Konami.

Alas, the series also gradually slides towards pure action, especially with SC: Conviction and Blacklist. It also distorts the will of its creator, Tom Clancy, and disappoints the fans that made it popular in the first place. Ubisoft’s recent announcements concerning Sam, or lack thereof, unfortunately do not reassure us on an authentic return of Sam’s Echelon team.

 

A legacy of disappointment

 

At this point, I am wondering why Ubisoft persists in making these cartoonish parodies of Tom Clancy games. Each new game takes the franchise further away from its original nature. The brand is heartbreaking for us original fans who dream of authentic Clancy games. I’ve met many gamers nostalgic for the Red Storm era, evoking R6: Rogue Spear. Who will ever forget its incredible soundtrack by Bill Brown? Or they fondly remember Splinter Cell 2 and even R6: Vegas games.

The worst part is that the true Clancy formula now flourishes apart from its author. Excellent infiltration games are competently made by competing game companies and have taken over the recipe of Sam Fisher. While the single-player modes of Call of Duty and Battlefield have overtaken the authentic techno-thriller genre, with all the exciting twists and turns that used to be made by Red Storm. 

The announcement of Rainbow Six: Extraction received a bad reception and is now causing misunderstanding among the majority of players who wonder which direction the Clancy license is going. This crossroads is an opportunity for Ubisoft to disconnect from the Tom Clancy license and let it rest in peace with the author. Or else, push away from this sophomoric direction, put Tom Clancy back on his feet, and restore the nobility of the brand’s unique identity.

Tom Clancy et les jeux vidéo

Le trailer de Rainbow Six : Extraction, où l’on affrontera des monstres extraterrestres, est l’occasion de rappeler au plus jeunes d’entre nous (mais aussi, peut-être, aux autres), qui était Tom CLANCY, dont le nom est accolé à ce shooter compétitif désormais bien loin de l’esprit de la licence. 

L’inventeur du techno-thriller

 

Né à Baltimore, Tom CLANCY est très tôt passionné par les questions militaires, mais sa mauvaise vue l’empêche de rentrer dans l’armée. Il devient donc agent d’assurance, mais se met à écrire, sur son temps livre, un roman inspiré de l’histoire d’une frégate russe qui, en 1975, tente, sans succès, de faire défection (le capitaine sera jugé pour trahison et exécuté 9 mois plus tard). 

Sous sa plume, le navire devient un sous-marin indétectable, et A la poursuite d’Octobre Rouge (1984) un best-seller qui s’écoule à plus de deux millions d’exemplaires, car il invente un nouveau style : le techno-thriller. Dans les romans de CLANCY, le héros s’appelle Jack RYAN, et on suit ses aventures au fil de 17 romans. Il évolue dans un monde militaire et technologique incroyablement documenté, et se retrouve au cœur d’intrigues géopolitiquement plausibles au point que certaines anticipent même la réalité. 

 

Un républicain et un patriote américain

 

Octobre Rouge parait sous la présidence de Ronald REAGAN, le président des Etats-Unis qui a décidé de faire tomber l’Union Soviétique et le Pacte de Varsovie. Les romans de CLANCY, résolument pro-américains et où les Russes sont systématiquement les méchants, sont donc très appréciés du locataire de la Maison Blanche, qui dira de l’auteur qu’il est le « plus grand patriote de notre temps ».

Toute sa vie, Tom CLANCY restera un pur Républicain, et un patriote américain. Ses romans se déroulent à travers le monde, mais ont pour héros principaux les forces armées et les services de renseignement américains. Il n’aura jamais cédé à la moindre ouverture à l’international, à part peut-être pour les Rainbow Six, une unité antiterroriste de l’OTAN, mais néanmoins pilotée par les USA…

 

Un style particulièrement adapté au cross-media 

 

Les romans de Tom CLANCY sont rapidement adaptés au cinéma : plusieurs films sont des blockbusters, portés par des acteurs de premier plan (Harrison FORD, Sean CONNERY, Alec BALDWIN, Kevin COSTNER…).

C’est donc assez naturellement qu’en 1996, Tom CLANCY crée, en Caroline du Nord, le studio de jeux vidéo RED STORM (du nom de son second roman, Red Storm Rising), qui va explorer de manière différente son univers. Revendu à UBISOFT en 2000, il est à l’origine de trois franchises majeures, qui ont durablement marqué l’histoire du jeu vidéo :

 

  • Rainbow Six (1998)

 

unité antiterroriste de l’OTAN, elle est composée de membres de groupes d’intervention de divers pays. 

A sa sortie, le jeu est connu pour être extrêmement réaliste (notamment au niveau de la précision du tir, de la planification tactique et de l’importance de l’équipement dans la maniabilité du personnage), et surtout porté par un scénario parfaitement plausible basé sur une arme bactériologique utilisée contre la finance mondiale réunie à Davos (la comparaison avec The Division s’arrête là, tant le jeu est réaliste et difficile, loin d’une absence totale de réalisme tactique et d’authenticité sur le looter-shooter de 2016).

Longtemps considérée comme le « simulateur de SWAT » ultime, la franchise R6 glisse vers l’action shooter de très bonne facture avec les R6 : VEGAS. Si elle y perd une partie de son réalisme, elle reste portée par un scénario extrêmement solide (notamment par les remous d’une crise mexicaine décrite dans GHOST RECON : ADVANCED WARFIGHTER et une mission de HAWX). 

Un tournant majeur est entrepris avec R6 : SIEGE, un multijoueur qui casse tous les codes du jeu CLANCY (authenticité, réalisme, scénario plausible) pour offrir à Ubisoft son alternative aux jeux PvP compétitifs à succès que sont CSGO, Overwatch ou Fortnite. 

Cette toujours cette voie qui est suivie aujourd’hui avec EXTRACTION… voie qui éloigne la licence de son esprit originel, et surtout de celui de son auteur. 

 

  • Ghost Recon (2001)

 

Unité secrète des forces spéciales américaines, sous le contrôle direct du président américain et du JSOC, les GHOSTS sont déployés sur des théâtres d’opération où les USA ne veulent pas apparaitre directement. 

Le scenario du premier GR est si réaliste qu’il anticipe de manière extrêmement précise la guerre qui opposera la Géorgie et la Russie en 2008, et les épisodes suivants s’attacheront toujours à offrir un environnement géopolitique extrêmement plausible… Du moins jusqu’aux épisodes WILDLANDS et surtout BREAKPOINT (auxquels j’ai modestement participé), qui perdent eux aussi l’essence de l’héritage CLANCY.

 

  • Splinter Cell (2002)

Si la série est, d’emblée, moins « mature » et ancrée dans la réalité que les précédentes, elle permet néanmoins l’émergence de l’un des héros les plus badass du jeu vidéo, Sam FISCHER, et donne naissance au jeu d’infiltration moderne. Au moment de sa sortie, SPLINTER CELL est considérée comme le seul vrai concurrent occidental à METAL GEAR SOLID du Japonais Konami. 

Hélas, la série glisse aussi peu à peu vers l’action pure (notamment avec BLACKLIST et CONVICTION) et déforme, elle aussi, la volonté de son créateur et surtout l’amour des fans du style. Les récentes annonces concernant Sam ne rassurent hélas pas sur le retour d’ECHELON…

 

A l’heure du bilan, on se demande bien pourquoi UBISOFT s’obstine à produire des parodies de jeux TOM CLANCY, où chaque nouvelle sortie éloigne un peu plus la licence de son esprit originel. Un crève-cœur pour les « anciens », qui rêvent toujours des épisodes canoniques… Combien de fois ais-je rencontré des gamers nostalgiques de l’ère Red Storm, évoquant R6 : ROGUE SPEAR (qui a oublié la formidable bande originale de Bill BROWN ?), SPLINTER CELL 2… ou même les épisodes VEGAS sur console.

Le plus grave est peut-être que l’esprit CLANCY survit et s’épanouit loin du nom de son auteur : d’excellents jeux d’infiltration ont repris les recettes de Sam FISCHER, et les modes solo de CoD et de BATTLEFIELD (pour ne citer qu’eux) ont longtemps tenté de s’approcher du techno-thriller et des scénarios à rebondissements que proposaient les premiers jeux de RED STORM. 

La présentation de R6 Extraction reçoit globalement un mauvais accueil, suscitant l’incompréhension chez une majorité de joueurs qui se demande quelle direction emprunte désormais la licence. Une opportunité se présente pour UBISOFT, qui devrait donc soit débrancher le patient TOM CLANCY et le laisser mourir comme son auteur, soit le remettre sur pieds pour lui redonner ses lettres de noblesse et son identité unique…